Il pleut il mouille …

Le 26 mai 2019

Juste aprĂšs notre sĂ©jour merveilleux Ă  Buenos Aires, il est temps pour nous de nous diriger vers l’un des joyaux de l’AmĂ©rique du sud : les chutes d’Iguazu.

SituĂ© Ă  la frontiĂšre entre le Paraguay, le BrĂ©sil et l’Argentine, le site regroupe l’un des complexes de chutes les plus importants du monde : 2,7 km de chutes, 275 chutes, 82 m de haut pour la plus grande, 1756m3/s (1,5 seconde pour remplir un bassin olympique).

Notre premier jour nous partons vers le cÎté brésilien, sous un beau soleil. On y rencontre Magalie et Franck un couple de haut-savoyards en tour du monde super sympa. Nous sommes émerveillés par la beauté des chutes.

Les photos se passent de commentaires face à la majesté du site.

L’aprĂšs-midi nous profitons d’un peu de temps restant pour aller visiter la rĂ©serve GuiraOga. Il s’agit en fait plus d’un refuge d’animaux que d’une rĂ©serve : en effet tout les pensionnaires sont soit des animaux blessĂ©s ( souvent par des collisions de route) soit des animaux sauvages qui ont Ă©tĂ© utilisĂ©s Ă  des fins domestique. L’objectif de Guira Oga est de les soigner et d’accompagner leur rĂ©habilitation vers un Ă©tat sauvage. On y croise de magnifiques animaux, parmi lesquels des toucans, des perroquets, un ocelot, des singes, des loutres et bien d’autres.

À partir de lĂ  les choses vont un peu se gĂąter. En effet le mauvais temps va s’installer et malgrĂ© toute notre patience nous n’arrivons pas Ă  trouver une fenĂȘtre de tir pour faire les chutes cĂŽtĂ© argentin dans de bonnes conditions. Nous y allons quand mĂȘme et il faut avouer que mĂȘme avec un temps mauvais, c’est trĂšs impressionnant.

Mention spĂ©ciale pour la Garganta del Diablo, plus grosse chute du site. On dirait une immense bouche des enfers prĂȘte Ă  happer tout ce qui passerait Ă  sa portĂ©e.

DerniĂšre chose que nous n’avons pas mentionnĂ© plus tĂŽt, que ce soit cĂŽtĂ© BrĂ©sil ou Argentine, les chutes sont infestĂ©es de coatis, sorte de petit raton laveur tout mignon. Mais malheureusement leur cĂŽtĂ© mignon entraĂźne visiblement les touristes Ă  les nourrir (et ce malgrĂ© les panneaux) ce qui a pour effet de rendre accro ces petites bĂȘtes, en plus de les rendre chapardeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?