Les concombres du sourire

Le 3 décembre

Le matin du 30 novembre, on part pour un petit coin de campagne: Kampong Cham. Nous rejoignons un homestay géré par une ONG appelée OBT (Organisation for Basic Training), qu’on a trouvé sur internet et qui donne des cours d’anglais aux enfants du village.

En arrivant, François nous fait visiter et nous explique les différents buts de cette association. À la base, cette association à été créée par des khmers, pour les khmers, on ne peut pas faire plus local !

Comme on vous l’avait expliqué à Kampot, le salaire de professeur au Cambodge est tellement bas qu’ils donnent souvent des cours uniquement le matin pour aller faire un autre travail l’après-midi. Le premier but de l’asso est de financer des cours d’anglais l’après-midi pour les enfants, ce qui en plus pourra peut-être leur permettre de trouver un emploi plus facilement dans le tourisme.

On assiste d’ailleurs à un cours d’anglais dans une salle en bambou et terre battue au sol.

Récemment, ils ont également ouvert une bibliothèque et ajouté des cours d’informatique dans un nouveau bâtiment fraîchement terminé.

Mais les buts de cette asso sont en fait multiples: ils se sont rendu compte qu’il y avait beaucoup de plastique partout qui polluait, alors ils se sont penchés sur des solutions qui permettent de le réutiliser. En faisant fondre ce plastique, ils ont réussi à fabriquer des briques (en le mélangeant avec du sable), dont ils se sont servis comme pavés pour certains chemins. On en a tenu une entre nos mains, c’est impressionnant !

De visu et même au toucher, rien ne laisse présager que c’est fait en plastique. Le problème avec ces briques étaient les rejets de fumée lors de la fonte du plastique, qui n’étaient pas très bons pour l’environnement…

Ils ont donc essayé de le faire fondre dans un récipient fermé, en récupérant la fumée et en la refroidissant pour la liquéfier. En récupérant ce liquide et en le filtrant, ils ont réussi à faire de l’essence pour mettre dans leurs moteurs !! Bon, le procédé n’est pas tout à fait au point car ça encrasse un peu les moteurs, mais on trouve cela génial, et c’est toujours en cours d’amélioration.

Un autre projet en cours est une citerne d’eau montée en haut d’une tour, dans laquelle est remontée de l’eau des puits,  qui passe ensuite dans plusieurs filtres afin de redistribuer de l’eau potable aux habitant des villages.

Afin de mettre tout ceci en place, ils accueillent des volontaires pour tout type de travaux (récolte dans les champs, amélioration de l’ONG, construction de bâtiments…). Le cadre de l’ONG est vraiment sympa, au milieu de la campagne et des champs.

Il nous amène chez notre hôte, Tida. Nous logeons chez elle durant les 3 jours que nous restons là-bas, temps dédié à un mélange de repos et d’observation de la vie locale. Ça aide aussi les habitants du village car plus de la moitié de ce que nous payons lui est reversé !

Tida est maman de deux enfants, une fille de 18 ans et un fils de 8 ans. Leur maison est en bambou et construite sur pilotis, l’escalier est un peu dangereux mais ça nous entraîne l’équilibre pendant quelques jours 😉

Ce qui de prime abord nous interpelle, c’est l’intérieur : une grande pièce de 30 m2 où vivent Tida, ses deux enfants, son père, sa sœur, sa nièce, tous à même le sol.

Le travail de Tida consiste à acheter des tonnes de concombres aux paysans locaux, de les laver et ensuite d’aller les revendre à Phnom-Penh. Le premier soir, on passe quelques heures à l’aider, accroupis à laver x tonnes de concombres. Même si ce n’est pas facile, on passe tous un bon moment de partage car tout le monde s’y met: Tida, ses enfants, la voisine, sa fille… On rigole, elles nous imitent parlant français, sa fille essaye de nous apprendre quelques mots de khmers et on part en fou-rires en entendant la prononciation des uns et des autres, c’est un super échange !

Sa fille nous dit que c’est comme cela tous les soirs, que la veille elle est allée dormir à 1h du matin alors qu’elle part en cours à 6h. On part tous se coucher, et elle nous dit qu’elle se lèvera le lendemain à 4h pour les remettre tous dans des sacs et les donner à une voiture qui vient les récupérer à 5h. Quand on voit les conditions de travail, ça fait relativiser sur les nôtres en France …

Le lendemain, nous sommes réveillés par la musique à fond des voisins à 6h. Et quand on dit à fond, cela fait vibrer la tôle de notre toit… Ils n’ont pas de notion de volume et de nuisances aux voisins. Nous qui étions venus aussi pour nous reposer c’est un peu raté ! On se lève à 8h n’en pouvant plus du bruit et on va se poser au restaurant de l’ONG, là où on passe la plupart de notre temps libre 🙂

On va visiter la pagode avec les enfants de Tida. Au moment où on part, ils prennent des longboard et appellent tous leurs copains qui nous rejoignent tous avec leurs longboards ! On passe un super moment avec eux à essayer, à se pousser pour aller plus vite, à tenir un bâton pour qu’ils sautent par dessus en avançant. Le petit de Tida est super doué !! Après ce long moment de partage et de fous rires, on repart tous ensemble en observant le coucher de soleil magnifique sur la campagne et ses rizières.

Après trois jours passés avec ces gens, il est pour nous impossible de ne pas faire un « arrêt conscience ». Nous avons côtoyé des gens qui vivent ensemble dans une pièce, toutes générations mélangées. Le grand-père semble atteint de tous les affres de l’âge et d’une vie sans concessions. La fille travaille matin et soir pour aider sa mère, en parallèle de ses cours d’anglais pour créer son avenir ( elle dit fièrement vouloir devenir médecin). Et ces gens, au demeurant délaissés par la chance d’être bien-nés, rient et sourient, quand nous trainons les pieds pour aller à l’école, fermons nos visages dans le métro pour aller travailler dans nos bureaux ou ne prenons pas le temps de nous occuper de notre famille … N’avons-nous pas quelques leçons à retirer de ces quelques heures de partage, nous qui avons tout ?

Prochaine étape: Mondulkiri et son sanctuaire des éléphants !!

1 commentaire

  1. Pour Mon Jérem chéri !!!!
    Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire ! Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire mon Jérem, joyeux anniversaire !
    Je t’embrasse très fort et j’espère que vous allez bien fêter çà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *