Pour une poignée de dollars

Le 18 décembre 2018

Nous partons le 13 décembre du Cambodge de bonne heure, direction le Laos. Cette frontière est réputée comme la plus corrompue du monde !!! (Félicitation, tu gagnes le titre le plus pourri du monde !!! ). On se prépare à devoir batailler …

Et en vrai ça a même été pire que prévu. On nous demande 2$ par personne pour le tampon de sortie du Cambodge. Se croyant malins, on leur demande un reçu, sans quoi on ne paie pas…

Évidemment les gars refusent et nous (les bons), nous croyant plus malins encore, on se casse vers la frontière laotienne sans tampon. Mais le système de l’arnaque, si bien rodé qu’il est, nous rattrape. Arrivés devant la frontière, le douanier laotien nous dit « ha bah ouais c’est vrai que c’est con le coup du tampon … Mais sans tampon de sortie, pas de visa ». Et nous voilà repartis vers la frontière Cambodgienne ( sous 40°C, avec une Morgane qui a la fièvre qui remonte). Le douanier, sourire aux lèvres, nous dit « bon on peut faire sans reçu pour 1$ chacun » (le truand). On est dos au mur… On accepte.

Et nous retraversons à nouveau la frontière vers le Laos.

C’est à ce moment là que le douanier Laotien, après avoir vérifié notre tampon Cambodgien, nous dit ,  » bon c’est 2$ le tampon Laotien » (le truand n°2). On négocie à 1$ et traversons la frontière, un peu dégoûtés, mais finalement contents d’avoir passé la frontière la plus corrompue du monde en ne perdant que 2$ chacun.

Le souci, et pas des moindres, c’est qu’avec tous ces allers-retours, notre charmant chauffeur de bus s’est barré (la brute).

Nous voici obligés d’attendre un autre véhicule qui veuille bien nous prendre. Après 2h d’attente, nous trouvons un bus bétaillère qui nous coute 3$ chacun.

Résultat des comptes : pour 2$ économisés on en a perdu 3. Bilan -1$.

Pour quelques dollars de plus…

On arrive finalement sur l’île de Don Det dans les 4000 îles, épuisés mais heureux d’être là.

On prévoit quatre jours sur place.

Les deux premiers sont du pur repos. On se ballade sur cette magnifique île parcourue de sentiers de terre, d’enfants qui jouent avec rien (bâtons, sable, papier, ficelle, rouleaux de peinture), de maisons de bois et de bambou donnant sur le Mékong et d’animaux en liberté.

On assiste à des couchers de soleil somptueux sur le Mékong !!!

Culinairement, une des spécialités du sud du Laos est le burger à la citrouille. Un burger avec une galette de citrouille frite, des concombres, tomates, carottes et une mayo citronnée !!! Excellent et frais !

On fête aussi l’anniv de Jerem (le 15) avec un chapeau presque Fila (marque qui a disparu en Europe depuis quasi 10 ans mais sur-représentée en Asie et qui nous fait beaucoup rire depuis la Chine), et en trinquant au lao mojito, un mojito où le rhum est remplacé par du laolao, une gnole de riz locale. C’est pas si mal mais par 40°C ça cogne dans le crâne.

Le 16 décembre on loue des vélos (pourris) et on file vers l’île connexe à Don Det, Don Khon.

On va visiter la cascade Li Phi. C’est très sympa, pas haut mais tout en rapides et succession de petites cascades.

Le lendemain on part vers une autre cascade, une des plus large du monde avec 10km de large et avec un débit parmi les plus élevés : 11 000 m3/s en moyenne, 49 000 m3/s au max, excusez du peu.

Elle est super impressionnante, entre autres par son rugissement incessant.

Nous quittons finalement notre cadre paradisiaque (avec une pointe de tristesse) pour de nouvelles aventures cascadées : la boucle des bolavens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *