Sur les pas de Lara Croft

Le 02 décembre 2018

On arrive à Siem Reap et on s’installe dans notre auberge, tenue par Pablo. Les lits sont assez confortable et on a la clim ! Mais pas d’eau chaude. Il va falloir s’y habituer, c’est chose commune au Cambodge. L’espace extérieur est calme, et pour le plus grand plaisir de Morgane il y a un chat et 4 chatons tous jeunes ! On voit aussi plein d’animaux la nuit tombée: grenouilles, mante religieuse, crabe…

Le soir on part se balader dans la ville avec Jonh et Antoine, des amis de Raph du foot américain. On sent que c’est une ville touristique car plus on se rapproche du centre, plus on voit apparaître trottoirs, hôtels et restaurants occidentaux. En se baladant, on voit majoritairement des marchés à souvenirs, la rue des pubs, un marché avec artisanat local et des stands de street food pour manger. Dans le marché local on goûte les produits d’un stand qui fait des liqueurs et des confitures alcoolisées !! On nous fait goûter la confiture sucrée/alcoolisée sur un gâteau salé type crackers pour apero, ça fait un mélange très bizarre ^^ On va ensuite se poser et boire une bière ensemble. À 0,5$ le demi, on en profite et puis ça fait un moment qu’on avait pas fait ça !

Le lendemain, on prend les mêmes et on recommence, direction une des merveilles de notre tour du monde: les temples d’Angkor. Dur dur le réveil car pour profiter du lever de soleil on part à 4h30 ! Mais ça vaut le coup, car on veut profiter de cette journée au maximum. Les temples d’Angkor sont en fait une multitude de temples de toutes tailles (environ une centaine) et se visitent souvent sur plusieurs jours. Pour une question de budget on ne visite qu’un jour et on en sélectionne une dizaine, des plus majestueux aux plus mystérieux.

On commence par Angkor Wat qui est le temple principal. L’enceinte fait 1km par 800m, il est énorme ! Il s’agit d’un temple montagne dans toute sa définition, sorte de grande pyramide khmer, arrogante construction humaine face au ciel et au soleil. La construction date du début du 12ème siècle (au même moment que Notre Dame de Paris) et à été terminée en 37 ans. À la vue de la grandeur du temple, on a du mal à y croire !!

On y observe le lever du soleil avant d’entrer mais c’est très nuageux et bondé donc on part vite. Tant mieux, il fera moins chaud comme ça !

On rentre dans Angkor Wat et on est surpris car il est très bien conservé que ce soit à l’extérieur ou au niveau des fresques intérieures. Il y a beaucoup d’escaliers en bois construits par dessus les pierres pour éviter de les abîmer. C’est magnifique, il y a des sculptures partout dans les murs, les colonnes… On y voit des danseuses apsarah, des nagas, des divinités bouddhistes. Les bas reliefs sont sompteux, on y apprend l’histoire du barratage de la mer de lait: c’est une action où les démons et les dieux tirent successivement un Naga enroulé autour d’une montagne, comme une corde autour d’une poulie, ceci durant 1000 ans afin de récolter l’amravi (ambroisie) permettant à Vishnu d’atteindre l’immortalité.

On décide de continuer la visite à l’inverse de la boucle habituelle pour éviter le flot de touristes, ce qui nous amène d’abord à Sras Srang, un bassin construit par le roi pour les ablutions. Et comme à Angkor tout à des proportions miniscules, il ne fait que 800m par 400m ! On prend notre petit déjeuner sur sa rive, seuls… Le calme !

On se dirige après vers un temple perdu dans la forêt, Banteay Kdei. A l’inverse d’Angkor, c’est ici un temple plat, ce qui accentue le coté perdu dans la jungle car on la voit tout autour de nous. On est presque seuls, c’est vraiment génial car ça donne une atmosphère particulière, on a presque l’impression d’être les premiers à découvrir ce monument sur lequel la nature reprend ses droits. On découvre les « fromagers », ces arbres colossaux qui poussent à l’endroit où tombent les graines c’est-à-dire un peu partout ! Leurs racines énormes, en se frayant un chemin entre les pierres, détruisent ainsi les murs et les temples. On reste un moment à profiter du calme et de l’ambiance.

On part ensuite vers Ta Prohm, le temple connu pour avoir été le lieu de tournage de Tomb Raider 1. En arrivant on est un peu déçus car il y a une grue (oui oui!) et pas mal de bruit lié à la rénovation. Il y a beaucoup plus de monde, on doit des fois faire la queue pour prendre un endroit en photo, en attendant que les gens aient fini leurs selfies devant… Certains arbres sont coupés, c’est vraiment dommage car on s’attendait à quelque chose de plus sauvage et moins rénové. Le temple est tout de même somptueux, et c’est impressionnant de voir comment aujourd’hui, l’homme est obligé de se battre contre la nature pour maintenir les temples en état.

On continue vers Takeo, un autre temple montagne en forme de pyramide. Celui-ci est particulier car il n’est pas fini: pendant la construction, la foudre est tombée dessus et ils ont interprété cela comme un signe du ciel. Ils ont donc arrêté les travaux et laissé le temple en l’état. On se retrouve donc devant un temple plus brut et moins détaillé que les autres, mais tout de même impressionnant.

Pour la pause sandwich, on s’arrête entre 2 petits temples.

Après la pause, on s’attaque à Bayon, le temple aux 200 visages. De nouveau un temple montagne, avec 37 tours (initialement 57) surmontées chacune de 4 visages tournés vers les points cardinaux. Ces 4 visages représentent les 4 vertus de bouddha : la bienveillance, la compassion, la joie altruiste et l’équanimité (ou détachement). On se perd avec plaisir dans ce labyrinthe, assez bien conservé.

On continue avec Baphuon, temple montagne vertigineux se tenant derrière un pont de 200m. Les marches sont petites et étroites, ce qui rend la montée et la descente assez compliquée. Des allées couvertes par un toit pointu en pierres encadrent le deuxième étage du temple. Une partie du temple s’est écroulée, et les ouvriers en ont profité pour façonner un bouddha allongé de 60m.

On finit par la terrasse des éléphants et la terrasse du roi lépreux. Cette dernière est devancée par d’innombrables statues de femmes, représentant toutes celles que le roi aurait contaminé. Au loin, on peut apercevoir les tours de jugement, ou deux personnes en conflit étaient placées au sommet. Les dieux rendaient leur jugement en « pénalisant » le moins méritant: malaise, maladie, chute…

On rentre à l’auberge en tuktuk pour un repos bien mérité.

Le lendemain, on va voir le village flottant de Kompong Khleang, situé à 50km de Siem Reap. On part en tuktuk et on trouve que la moto à l’air de galérer…

Au bout de 45mn, notre chauffeur nous fait descendre pour que son frère mette le tuktuk sur sa moto à lui, plus puissante. On regarde où on est: en fait on a fait que 10km, heureusement que son frère est venu à la rescousse ! On repart de plus belle et on arrive à l’entrée du village. On avait vu sur internet qu’on pourrait se balader dans le village et parler aux locaux et faire une balade en bateau avec eux. Mais à l’entrée on nous dit que ce n’est pas possible car l’eau est trop haute et qu’on ne peut pas se balader dedans, seul leur tour en bateau à 20$/personne est possible. On est déçus, on se tâte à repartir. On arrive à négocier un prix plus raisonnable et on part dans leur bateau. Pendant le tour, on voit qu’une route avec scooters et tuktuk passe derrière les maisons, on se sent un peu roulés… Tant pis.

On passe devant les maisons sur pilotis donnant toutes sur le lac.

Il y a même des temples. A la façon du delta du Mékong, ici tout à l’air de se faire par bateau (marchés, déplacements).

On passe ensuite au milieu de maisons flottantes vietnamiennes, posées directement sur des bateaux dans le lac. On voit même une école !

On arrive au bout du bras et on se retrouve sur le lac. C’est énorme, on ne voit pas l’horizon on se croirait devant la mer. Ce lac est le plus grand d’Asie du sud-est et peut perdre jusqu’à 6 fois sa taille entre la saison humide et la saison sèche.

Notre chauffeur arrête le moteur pour qu’on puisse profiter de la vue dans le calme. Et au moment de repartir… Le bateau ne démarre plus ! Bon déjà, le système de démarrage est rigolo: il fait tout simplement toucher un fil qui pend sur un autre… 😉 On croise un autre bateau qui essaye de nous dépanner avec des pinces, sans succès.

Il finit par nous faire monter sur son bateau, et ça nous rend triste de laisser notre chauffeur seul au milieu de l’eau avec un bateau en panne ! On lui laisse le peu de choses qu’on a : de l’eau et des gâteaux. On repart et au bout d’une dizaine de minutes il nous rattrape 🙂 on remonte sur le bateau et on finit tranquillement la balade avec lui, en passant par une magnifique mangrove.

Ce soir, dernières bières en compagnie de John et Antoine, avant de partir vivre avec les locaux à Kampong Cham.

2 commentaires

  1. magnifique ça change des images classiques que l’on voit d’Angkor.
    Je comprends pourquoi des mariages le prenne en fond de photo souvenir.
    J’imagine que s’ils enlèvent certains arbres les constructions s’effondreront tant l’arbre est imbriqué. Mais les arbres sont aussi beaux que les temples.
    superbe escale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *