Mister Nam

Le 16 novembre

Nous arrivons le 8 à Ho Chi Minh ville. Alors pour faire très simple, il s’agit clairement d’une immense mégalopole asiatique (du sud est). On collectionne les clichés : c’est bruyant, il y a des scooters partout, ça klaxonne tout le temps, vous croisez des milliards de personnes au mètre carré, ça pue, c’est sale, les rats sont légion. Bref le bonheur. 

 

La ville ne nous a pas emballé plus que ça. 

En gros on retiendra deux choses.

En premier lieu, nous goûtons à l’auberge du vin de serpent. Une sorte de liqueur avec des serpents qui macèrent dedans avec du ginseng et des baies de goji.

Deuxième chose dans une note plus grave, le musée de la guerre du Vietnam.

L’extérieur présente une collection impressionnante de véhicules de guerre.

Mais ce qui retiens particulièrement notre attention c’est l’intérieur. Nous avons choisi de ne pas prendre de photo, vous devrez donc nous croire sur parole. Le musée est extrêmement intéressant mais franchement dur. On vous présente la guerre et toutes ses atrocités sans compromis ni censure.

Le 11 novembre nous partons vers An Binh dans le delta du Mékong. Le trajet est atypique. Nous nous retrouvons dans un bus rempli à ras-bord, y compris l’allée centrale remplie de chaises de camping.

Arrivés à An Binh nous sommes alpagués par une Vietnamienne qui nous explique qu’elle et son mari tiennent un homestay. On se laisse porter et on arrive dans un endroit féerique.

La maison de mister Nam est extraordinaire. On a une chambre immense avec des lits confortables, son jardin est plein de fleurs et de légumes, on a le Mékong à 30 mètres, c’est silencieux bref un havre de paix.

On reste trois jours qui sont pour nous fabuleux.

On part avec mister Nam dans sa barque pour poser les filets qui nous permettront d’attraper des poissons que l’on mangera le soir même. 

Il nous apprend également à lancer le filet.

On cuisine avec lui et sa famille, les poissons péchés par nous et les légumes cueillis dans le potager. On apprend aussi à ouvrir des noix de coco à boire.

Et ils nous invitent à manger avec eux dans leur cuisine, à même le sol !!! Breaking news : Ralph essaie de manger du poisson et des crevettes, et il aime ça !!! 

Tout ces moments nous permettent d’avoir de vrais échanges avec eux, et plein de moments de joie partagés : c’est fantastique. 

Un matin on part avec le frère de mister Nam pour faire un tour plus loin sur le Mékong. Il nous emmène visiter un marché flottant, une confiserie, une distillerie, un jardin de bonsaï, une production de miel et de gelée royale. On se retrouve à gouter plein d’alcools differents à 10h le matin (liqueurs de serpent, banane, goyave…) ça fait bizarre !

On s’aperçoit que tout leur univers s’articule autour du fleuve, c’est leur route et leur vie. Et qui dit être humain dit pollution …

Après trois jours fantastique, on part vers Chau Doc et sa réserve ornithologique de Tra Su. Encore une fois mister Nam a frappé : à la descente du bus qu’il nous a réservé, un homme se présente à nous en nous disant que c’est un ami de mister Nam et qu’il va nous filer un coup de main pour organiser notre passage à Chau Doc et notre départ vers le Cambodge. Il est sympa ce mister Nam quand même.

Tra Su c’est vraiment très joli. On se ballade au milieu des mangroves et on voit plein d’oiseaux voler un peu partout.

Au retour on passe voir un ensemble de temples très jolis, entourés d’un immense Bouddha, d’étangs plein de nénuphars et de statues de dragons.

Après ces derniers instants Vietnamiens, il est temps de partir vers le Cambodge pour de nouvelle aventures.

2 commentaires

  1. Trop contente d’avoir de nos nouvelles. Vous m’avez manqué !!!
    Ho Chi Minh ville, c’est l’horreur absolue 🙁
    Vraiment génial des 3 jours passés avec la famille de Mister Nam. Quelle belle rencontre.
    Jérem, j’adore ta coupe de cheveux !!!!!!!!!!!! 🙂 Ça te va trop bien !!!
    Bonne route pour le Cambodge !
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?