Welcome to the jungle

Le 09 décembre 2018

Les choses sérieuses commencent ! Nous partons pour deux jours dans la jungle tropicale du Cambodge.

Le groupe est composé de 7 personnes : vos 4 pédestres habituels, Chloé que nous avons rencontré par hasard à l’auberge, le guide Kimi et le chef Jo.

Après 1h de bateau pirogue pour descendre la sand river, ça démarre sans préambule, comme pour bien nous faire comprendre qu’on est pas là pour enfiler des perles : Kimi repère un trou suspect, bien rond avec des fils de soie sur les bords.

Kimi et Jo se mettent alors à creuser et délogent une mygale (de type velue et dégueulasse)!!!

Kimi la met vivante dans son sac et nous annonce fièrement qu’elle vient d’être ajouté au menu du soir : réjouissance!!!

On démarre notre épopée : 14km de marche, sac sur le dos, dans une jungle luxuriante ( pour ceux qui se posent la question : la jungle c’est pas plat, mais alors pas du tout )

Sur la route Kimi se fait un plaisir de nous faire découvrir tous les petits secrets de son terrain de jeu favori.

Tout y passe :

Boire de l’eau dans les lianes et les bambous, et repas dans les feuilles de bananier

Petit plaisir sucré : amande, noix de cajou, haricot, fruit plus ou moins bizarre.

Il connaît parfaitement la faune, il nous montre les trous de crabes, de scorpions et de mygales, les insectes un peu partout, les araignées plus ou moins géantes dans les arbres, les traces de serpent au sol, papillons et sangsue.

Valérie pleine de courage prend la mygale dans ses mains !!!

Il maîtrise aussi la flore et ses bienfaits : ginseng, arbres à shampoing, arbre à cire de bougie etc

Après quelques heures de marche, nous voici arrivés à la cascade, notre camp pour la nuit !

On prend une petite heure pour se poser et se baigner avant de se mettre au boulot.

Il est temps de passer en mode bâtisseurs. Et à ce jeu Kimi est un monstre : donnez-lui une machette et des bambous, et il peut tout faire. Banc, table, paille, verre, cuillère, pipe, grille à barbecue, rien n’est inaccessible à Kimi mcgyver.

On fait à manger un menu très varié. Une salade ( haricot carotte piment amande bœuf citronné), une soupe cuite à l’intérieur d’un bambou à même le feu ( aubergine, oignon, porc, riz), grenouille et  mygale au barbecue. Ralph ose tester la mygale, verdict : charbonné.

C’est franchement génial.

Après ça, il est temps de décompresser, on se met autour du feu et on boit un alcool de riz ( fort…) mélangé à un peu de coca (1,5litre de gnôle pour 33cl de coca) et du citron. Le tout en fumant du tabac local dans des pipes en bambou. L’échange est merveilleux.

On part dormir dans nos hamacs, le cœur léger , l’esprit rêveur, au fin fond de la jungle cambodgienne.

Au petit matin (5h) nous sommes réveillés par les cris des gibbons dans les arbres. On déjeune tranquillement puis on lève le camp.

C’est reparti pour 13km de marche. Nos organismes sont mis à rude épreuve entre fatigue, chaleur et humidité.

Après quelques heures, Kimi nous réserve une dernière surprise : pour rentrer il faut traverser une rivière. La seule solution est de traverser un arbre qui relie les deux rives, avec 4 ou 5 mètres de hauteur. Et croyez nous sur paroles, avec la fatigue, les sacs, le vent, l’élasticité de l’arbre, c’est vraiment très effrayant. On y parvient tous, soit debout soit assis, mais ça passe. Les sueurs froides sont bien là.

L’après-midi, sur le chemin du retour nous faisons un arrêt au village de kaohpeak, berceau de l’ethnie kachoch. Comme à chaque fois nous sommes un peu mal à l’aise de visiter des villages si pauvre, et ce même si les gens semblent contents de nous voir. 

Kimi nous explique les rites funéraires de l’ethnie et, chose que nous avions déjà remarqué, nous constatons que la mort est un moment de fête et de partage, pas un moment de tristesse. Ils font la fête des jours durant, invitant tout le monde à boire manger et danser.

Au final ce trip dans la jungle est notre dernier moment au Cambodge, et un de nos moments fort. C’était tout bonnement irréel et hors du temps. Un fantastique moment entre Indiana Jones et partage avec nos guides.

4 commentaires

  1. Excellent, quelle expérience !
    Si j’ai bien compris le bambou que vous avez fait chauffer à servit a cuir les aliments ? ou simplement les maintenir au chaud ?

    1. Hello ! Oui le bambou il l’a trouvé dans la jungle le jour même et il a servi pour faire bouillir et cuire directement sur le feu, en mode marmite quoi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *