Le désert aux milles et un visages – part 2

Le 11 Août 2018

Et nous voici sur le deuxième article concernant le désert de Gobi.

Ici nous allons vous présenter un peu ce que nous avons vécu dans notre quotidien mongol à plus de 2000 mètre d’altitude.

Dodo :

Nous passons toutes nos nuits dans des yourtes.

On a un peu de tout, de la yourte simple et basique à la belle yourte gravée et décorée.

 

Le confort y est plus ou moins spartiate. Ça va de la planche de bois avec une couverture dessus à un matelas simple.

L’odeur de chèvre est présente de manière quasi permanente mais on finit par s’y faire et à ne plus vraiment la sentir.

Au niveau électricité, c’est une donnée aléatoire, des fois les camps ont un générateur autonome et on peut avoir quelques heures d’électricité.

Chose curieuse, dans certaine yourte, pour lester le centre, ils utilisent une batterie de voiture usagée. Ça donne un cachet tout particulier.

Toilette/ Hygiène :

Les toilettes sont d’un style très particulier. On a souvent la cabane en bois avec deux planches et un trou au milieu. Des fois c’est juste une bâche qui cache les toilettes. On finit par s’y faire assez bien aussi (le niveau de maîtrise de l’apnée augmente à chaque passage).

Pour la douche c’est pareil : des fois pas de douche, des fois c’est juste de l’eau froide, et des fois on s’arrête en ville au milieu de la journée pour aller prendre une douche pour 1 € dans un petit bouiboui.

Nourriture :

Du mouton, du mouton et encore du mouton. 90 % des repas sont à base de mouton, en sauce, grillé ou bouilli, tout y passe.

Arrivés au bout de quelques jours, on en peut plus de cette viande forte, mais on mange quand même, pas le choix.

Chose rigolote, notre guide Meendee nous offre des glace à base de lait de chèvre. Les glaces sont bicolores rose et blanche. On s’attend à un bi-gout fraise vanille. En réalité le coté blanc a un goût prononcé de fromage de chèvre et le rose rappelle le bleu. C’est extrêmement surprenant.

On a aussi l’occasion de goûter ce qu’il appelle de la bière mongole, l’airag. Une boisson fermenté à base de lait de jument. Ça a un goût très très acide. Pas forcément très agréable.

On goûte aussi le beurre et le yaourt de Yack mais ça n’a pas un goût si particulier finalement.

Moyen de transports :

Nous passons nos journées de route dans un petit bus 4×4 identique à ceux utilisés au niveau du lac Baikal. Le confort est sommaire et les routes (ou plutôt les pistes) assez mauvaises.

On passe le plus clair de notre temps à lire ou à regarder le paysage. On a un souci au niveau des bougies (on suppose) au bout de quelques jours, mais le chauffeur se fait amener les pièces pendant la nuit et au matin tout est réparé.

Intempéries :

Il pleut beaucoup pendant notre séjour, ce qui entraîne de grandes coulées d’eau et de boues sur les pistes.

On se retrouve à traverser des torrents et autres marécages et c’est extrêmement impressionnant. Les minibus s’embourbent facilement. On croise pas mal de voiture embourbées, jusqu’au jour où c’est notre tour !!! A chaque fois c’est la même chose : la solidarité entre chauffeur se met en place et les premiers qui arrivent sur les lieux sortent de quoi remorquer les embourbés.

On a même croisé des champs de grêle !!! au mois d’Août oui oui on vous jure !!!

 

Nous avons aussi la chance de voir un orage en pleine tempête de sable. C’est plutôt bluffant, on est content d’être à l’abri dans nos yourtes.

Au niveau température c’est très variable : on a eu du 35°C en journée et la pire nuit a du tourner entre 5 et 10°C.

Animaux :

Le long des routes on croise tout temps des troupeaux de chèvres, de moutons, de chevaux, de chameaux ou encore de yacks.

Il y a très souvent des chiens (notamment des chiens à queue de Renard) au niveau des campements et également un troupeau de chèvres et de moutons. Un soir on a pu décoincer une chèvre qui s’était bloqué les cornes dans un lit resté à l’extérieur, c’était plutôt marrant.

Des rencontres pour le moins récurrentes :

La Mongolie c’est grand, mais finalement pas tant que ça :p

On croise très souvent un groupe de 3 français avec qui on a sympathisé le premier soir autour d’un verre de vodka. On espère recroiser Lulu, Lolo et Cédric au cours de notre voyage.

On croise aussi nos copains du lac Baïkal, Irina et Tobias, et Martin et Adrien.

C’est assez déstabilisant en passant être au milieu de nulle part, de recroiser toujours les même têtes 🙂

Bonus :

En bonus nous voici habillés en habit mongol traditionnel.

8 commentaires

  1. Que de périples. C est assez flippant de voir comment vous rouliez à certains endroits. Vous avez testé la cabane au fond du jardin 😆. Vous portez bien la tenue mongole 😉 en tous les cas vos photos sont superbes. Bisous à vous trois et bon courage pour le train 😘

  2. Punaise j’ai plaisir à vous lire ,c’est très intéressant d’avoir vos impressions et de voir la réalité sur le terrain : je pense que mes intestins auraient lâchés depuis un moment ,lol.Et l’odeur de la chèvre je peux pas ,c’est horrible ,on va voir ce que ça donne en Chine ,vive les pandas,lol .

  3. c’est passionnant, le seul truc qui m’aurait permis de perdre du poids, c’est la viande mouton (je déteste ça) ça m’aurait mis à la diet ! je sais où je dois aller du coup :p
    la traversée du torrent wahou ! j’aurai adoré, l’aventure est super et merci de la partager
    🙂 <3 <3

Répondre à Evalie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?